Distillerie Artisanale

 

La diversité de nos eaux-de-vie et liqueurs vous surprendront et ajouteront du rêve au plaisir à la fin de vos repas.

Distillerie

Au Domaine du Bollenberg, on est viticulteur mais aussi distillateur artisanal. Nous élaborons nos eaux-de-vie dans les alambics en cuivre hérités du Grand-Père. Passionnés, amoureux de notre terroir, toujours en quête d’arômes, de saveurs nouvelles, nous sommes intransigeants sur la qualité, la sélection et la tradition. En accord avec la nature, nous avons le secret du temps, et nous connaissons la durée exacte nécessaire au vieillissement de nos eaux-de- vie.

Il n’est pas de bon repas qui ne se termine par un bon schnaps. Et si la gastronomie alsacienne est fine, nos plats sont très copieux.

L’Alsace est le pays des Eaux-de-vie blanches. Elle est certainement la région du monde où l’on fabrique la plus grande variété d’extraits de fruits alcoolisés.

La distillation n’est que le couronnement d’une cueillette soignée avec élimination de tous les fruits tarés, voire même du petit pédoncule de certaine baies, comme les alises, qui donnerait de l’amertume à l’eau-de-vie et que, le palais du connaisseur détecterait. Dans les fûts bien propres qui doivent toujours resté pleins, les précieux fruits feront une fermentation lente, très lente. Ce n’est qu’en hiver que l’on distillera tout à loisir, et que l’on aura recours à l’alambic.

Le Savoir Faire

Tour de main et expérience sont indispensables pour choisir et garder les fractions les plus nobles, le cœur de chauffe. La distillation s’effectue en deux chauffes successives selon notre tradition.
La première chauffe extrait « la petite eau » c’est-à-dire l’alcool léger, 25 ° environ ; la deuxième chauffe va recueillir le « cœur » de la repasse en isolant les « têtes » et les produits de « queues », les uns trop âcres, les autres trop riches en alcool supérieur.

L’œuvre du Temps

Dans les chais, là où le temps exerce tous ses caprices, fraîcheur et froid, en écarts parfois importants, les eaux-de-vie vont maintenant mûrir. Elles vieillissent en bonbonnes ouvertes, afin de laisser évaporer la partie la plus volatile, les esters, puis soigneusement fermées. Alors, aidé par une constante obscurité, le recueillement commencera. L’eau-de-vie s’épanouira et trouvera dans le temps une suavité délicate et ronde que l’on pourra qualifier de royale puisqu’elle saura charmer de nombreux palais.